Les cousins du Louxor dans le monde

Conférence : Le Louxor et les temples égyptiens du 7e art

Le Louxor-Palais du cinéma n’est ni la première, ni la dernière des salles à avoir été construites « à l’égyptienne ». Ces « folies » du XXe et du XXIe siècle ont adapté de manières très diverses l’art égyptien, de l’Art déco au post-modernisme. Après une présentation de l’histoire du Louxor et de sa rénovation, Jean-Marcel Humbert nous emmènera dans une promenade à travers le monde, à la découverte de ces salles méconnues ou oubliées : certaines ont disparu, d’autres sont encore abandonnées ou ont été transformées, d’autres encore sont apparues dans les vingt dernières années, d’autres enfin ont été amoureusement restaurées et, comme le Louxor, ont repris leur fonction de cinéma.

Le cinéma Empress (Montréal, Québec), Alcide Chaussé, 1927 (photo Jean-Marcel Humbert, 1994)

Le cinéma Empress (Montréal, Québec), Alcide Chaussé, 1927 (photo Jean-Marcel Humbert, 1994)

mercredi 22 mai à 18 h 45
Association France-Égypte
Centre ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 7e
(derrière l’UNESCO, à l’angle de l’Avenue de Saxe)
mardi 11 juin à 18 h 30
Centre culturel d’Égypte à Paris
111, boulevard Saint-Michel, Paris 5e

L’ouvrage Le Louxor-Palais du cinéma (éditions AAM) réalisé par Les Amis du Louxor
sera dédicacé par ses auteurs à l’issue de la conférence du 11 juin

accès libre

Lire la suite

L’orgue de cinéma : du Louxor au Gaumont-Palace

Conférence du 18 octobre 2011, Mairie du Xe arrondissement

Le sujet de l’orgue disparu du Louxor a déjà été abordé dans un précédent article  : « Les orgues Abbey, une histoire de famille ». Nous parlerons ici surtout de l’orgue de cinéma en général, et de celui du Gaumont-Palace en particulier.

 Tommy Desserre à la console de l'orgue du Gaumont

Tommy Desserre à la console de l’orgue du Gaumont en 1971

Lire la suite

Sortir à Barbès en 1921

Le 15 novembre 2010, Dominique Delord, chercheuse en histoire culturelle, a donné dans la grande salle de la mairie du XVIIIe arrondissement une conférence consacrée aux spectacles proposés aux habitants de Barbès au moment de l’ouverture du cinéma Louxor, le 6 octobre 1921. Cette conférence, qui était co-organisée par l’association des Amis du Louxor et Histoire et Vies du 10e, a réuni plus de 130 personnes. Nous remercions Daniel Vaillant, maire du 18e, Carine Rolland, adjointe à la culture, Sylvain Lamothe, chargé de mission culture, et tous les personnels pour leur accueil et l’aide qu’ils nous ont apportée.

1921 : Maurice Chevalier crée la chanson "Avec le sourire"

En 1921,  Maurice Chevalier crée la chanson « Avec le sourire »

Lire la suite

Héros et héroïnes de péplum

Dans les années 50 et 60, les héros de la mythologie et de l’Antiquité,  Samson et Dalila, Spartacus,  Hercule, Néron,  Nefertiti ou Theodora, s’affichaient à la façade du Louxor. C’était l’âge d’or du péplum, ce genre populaire qui a  enchanté des générations de spectateurs.
Les Amis du Louxor et Histoire et Vies du 10e ont demandé à Claude Aziza, spécialiste de l’Antiquité dans la fiction, de  faire une conférence sur ces héros et héroïnes de péplum. Nous avons été  accueillis le 18 mars 2010 dans la salle des fêtes de  la mairie  du 10e  arrondissement.

Les Dix Commandements, C.B.DeMille, 1956

Le péplum est un genre éminemment populaire, que le Petit Robert  définit ainsi : « film historique ayant pour sujet un épisode de l’Antiquité ». Le mot lui-même (du grec peplos) désignait, tant chez les Grecs que chez les Romains, un vêtement de femme (tunique ou manteau). Ce n’est, toutefois, qu’au tout début des années 60 que le mot s’imposa pour désigner un genre cinématographique qui existait depuis 1896. Ainsi, les premiers réalisateurs de films inspirés de l’Antiquité, les Pastrone, Guazzini, Zecca, Feuillade ou, plus près de nous, Cecil B. DeMille ou Riccardo Freda faisaient des péplums sans le savoir…

Lire la suite

Egyptomanie : conférence du 8 octobre 2009

Les mille et un visages de l’égyptomanie

Avec son décor de mosaïques multicolores, la façade du Louxor (1920-1921) est un magnifique témoin du goût égyptisant qui régnait dans ces années là, notamment dans la décoration fastueuse des salles de cinéma.

Personne n’était mieux qualifié que Jean-Marcel Humbert, conservateur du patrimoine et spécialiste incontesté de l’égyptomanie, pour nous aider à comprendre le sens de ce mouvement artistique multiforme. Nous le remercions d’avoir répondu à l’ invitation conjointe des associations Les Amis du Louxor, Histoire et vies du 10e et 9e Histoire, et de nous avoir ainsi permis d’organiser la première des « Conférences du Louxor ». Jacques Bravo, maire du 9e , nous avait aimablement offert l’hospitalité de sa mairie et c’est en compagnie de Thierry Cazaux, conseiller d’arrondissement, délégué au patrimoine et à la culture, qu’il nous accueillit le 8 octobre 2009 dans la Salle du Conseil.

8 octobre 2009, Salle du conseil, Mairie du 9e. Photo Les Amis du Louxor

8 octobre 2009, Salle du conseil, Mairie du 9e. Photo Les Amis du Louxor

Pendant une bonne heure et demie, défilèrent sur l’écran des centaines de photographies prises dans le monde entier, illustrant un commentaire dense, rigoureux mais aussi souvent très drôle car Jean-Marcel Humbert sait allier rigueur scientifique et bonne humeur.

L’Égypte antique est une source inépuisable d’histoires et de personnages fascinants qui ont alimenté l’imagination populaire : Toutankhamon et son trésor, la beauté (et le nez ) de Cléopâtre, Isis et Osiris, sans oublier la momie, sujet « porteur » par excellence. Tous les domaines de l’art et de la vie quotidienne furent, à un moment ou à un autre,  affectés par l’égyptomanie, de l’architecture à la bande dessinée et  la publicité. Cette passion pour l’Égypte n’est pas près de s’éteindre : en ce début de 21e siècle, c’est maintenant dans les jouets d’enfants, les jeux vidéos et sur Internet qu’elle s’insinue.

Le pavillon des éléphants du zoo d'Anvers (Charles Servais 1855-1856)

Le pavillon des éléphants du zoo d’Anvers (Charles Servais 1855-1856). Photo JM Humbert.

Nous remercions  Marie-Christine Lavier, présidente de l’association Les Amis de Champollion de nous autoriser à publier le compte-rendu détaillé qu’elle a rédigé.

Lire la suite