Hommage à Xavier Delamare

Nous venons seulement d’apprendre avec peine le décès de Xavier Delamare survenu le 18 janvier 2016. Nous l’avions rencontré pour la première fois en 2010 pour recueillir ses souvenirs du Louxor. Ce passionné des salles de cinéma les connaissait toutes, après avoir sillonné Paris et l’Île de France lorsqu’il travaillait pour la société Batido, qui commercialisait les glaces et les Eskimos vendus à l’entracte. Au début des années 80, conscient que la plupart de ces salles allaient disparaître, il prit des photographies.

Xavier Delamare en 2010, dans le fauteuil du Louxor qu’il avait acquis à la fermeture du cinéma.

Ainsi en fut-il du Louxor, qu’il photographia en novembre 1982, un an avant la fin de son exploitation par Pathé. Ses photos constituent un témoignage unique de l’histoire de ce cinéma. Il est notamment le seul – à notre connaissance – à avoir photographié le second balcon du Louxor dans son état d’origine, ou le local des ouvreuses. Nous avons rassemblé dans une galerie les images qu’il avait eu la gentillesse de mettre à notre disposition – celles du Louxor mais aussi de quelques autres salles de quartier, la plupart disparues.
Francis Lacloche, historien de l’art, fondateur de l’association Eldorado1 , et qui organisa en 1983 l’exposition « Le cinéma dans ses temples », avait bien connu Xavier Delamare. Il nous a adressé l’hommage amical que nous publions ici.

XAVIER DELAMARE

Quand j’ai commencé vers 1978/79 à traquer les anciennes salles de cinéma dont l’architecture témoignait de leur histoire mouvementée et de l’admirable mauvais goût de ses créateurs, je n’ai pas tardé à trouver sur ma route la frimousse charmeuse et lucide de Xavier. Grâce à lui je découvrais des pépites abandonnées dans les faubourgs parisiens et des trésors en banlieue. Nous croisions des personnages improbables dont il respectait la candeur et la passion tout en s’amusant des travers désuets de ce petit monde capable d’une étonnante résistance.
Ce monde n’a pas résisté aux coups de pioche indispensables à l’essor glorieux des grandes surfaces et au déferlement terriblement rationnel des multisalles. Quelques merveilles, tel le Louxor, ont résisté, ayant bénéficié d’un classement improbable et de l’étonnante énergie de ses voisins au point qu’elle ait encouragé la Ville de Paris à en assurer la sauvegarde, la restauration et une nouvelle vie.
Le temps a passé, je n’ai plus guère croisé Xavier que de temps à autre : il luttait avec courage et humour contre une terrible maladie qui n’entamait pas son humour et sa bonne humeur. Maintenant qu’il nous a quitté il me reste le souvenir émouvant de nos relations qui furent toujours enrichissantes et réjouissantes : il disposait de cette dose indispensable de naïveté et de clairvoyance que je conserverai toujours parmi les amis essentiels de mon étrange quête en faveur des cinémas du monde entier.

© Francis Lacloche

Note
1- L’association Eldorado a mené, au début des années 80, une action en faveur des salles de cinéma menacées de disparition. Une exposition « Le Cinéma dans ses temples » a été organisée en 1983 à Paris et Bordeaux. Grâce à la mobilisation engagée à la fin des années 70, l’inscription à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1981 a permis de protéger le Louxor, l’Eldorado, le Rex et la Cigale.