Le site des Amis du Louxor

Mis en avant

Ce site est le résultat des recherches menées par des membres de l’association (Jean-Marcel Humbert, Nicole Jacques-Lefèvre, Annie Musitelli, Michèle Alfonsi, Marie-France Auzépy) sur l’histoire du Louxor et de sa programmation. Par ailleurs, nous avons suivi, grâce aux visites de chantier sous la conduite des architectes Philippe Pumain et Christian Laporte, et aux rencontres avec les divers intervenants (restaurateurs et décorateurs, acousticien, scénographe, mosaïstes), toutes les étapes de la réhabilitation du bâtiment, depuis la présentation du projet par l’architecte Philippe Pumain en novembre 2008 jusqu’à l’inauguration du 17 avril 2013 (rubrique Le chantier du Louxor). Ce site constitue donc une base de données documentaire sur ce cinéma historique et son sauvetage. Depuis l’ouverture de la salle, les Amis du Louxor, continuent à l’enrichir pour mieux faire connaître un lieu qui est à la fois un des plus beaux exemples de l’égyptomanie en France et un cinéma Art et Essai dynamique, ancré dans son quartier.
Un ouvrage collectif, Le Louxor-Palais du cinéma, par les Amis du Louxor et l’architecte Philippe Pumain, a été publié en juin 2013 par les éditions AAM (photo ci-contre).

Séance spéciale au Louxor : samedi 7 octobre 2023 à 10:45

Projection de Huit et demi de Federico Fellini et rencontre avec Jean-François Chaput, auteur du livre Paris Cinés : 1982-1992 des cinémas disparaissent

Huit et demi
De Federico Fellini FRANCE, ITALIE I 1963 I 2H18 I VOSTF
Avec Marcello Mastroianni, Anouk Aimée, Sandra Milo

Oscar du Meilleur film international & Oscar des Meilleurs costumes – Oscars 1964

Projection suivie de la dédicace du livre Paris Cinés : 1982-1992 des cinémas disparaissent par Jean-François Chaput. En partenariat avec la librairie Nordest.

« Entre 1982 et 1992, 110 salles de cinémas ont fermé leurs portes à Paris. Pendant ces dix ans, j’ai photographié les derniers cinémas mono-écran, ceux qui avaient traversé les années 70 sans être démolis ou découpés en complexes de mini-salles. J’ai fait des centaines de photos, j’ai noirci de nombreux cahiers d’anecdotes et d’histoires que j’entendais dans les cinémas, j’ai enregistré sur cassettes audio des dizaines de témoignages… » (Jean-François Chaput)

Paris Cinés : 1982-1992 des cinémas disparaissent, un livre à l’italienne couverture cartonnée, 28 x 22 cm, 264 pages, 190 photos couleurs accompagnées de légendes, de textes et d’interviews (environ 70 pages de textes).

Retour sur le tournage d’une scène du film « La Daronne » sous le porche du Louxor

Dans notre rubrique Le Louxor comme décor

Traiter par la comédie un grave problème de société, celui de la drogue et de sa commercialisation, c’est le pari – gagné – du film de Jean-Paul Salomé, La Daronne (2020). Ce qualificatif dérivé de l’ancien français « daron » (père de famille puis patron) désigne depuis le début du XXe siècle, dans certains milieux, la mère de famille qui prend les décisions ; puis, par la suite, une « patronne » (dans le sens de tenancière de cabaret ou de maison close) et même par extension une cheffe de bande.
Plusieurs séquences du film ont été tournées à Barbès, dont une sous le porche du Louxor. Il est intéressant de connaître les circonstances de la conception et de l’écriture de cette scène, et des conditions du tournage avec ses difficultés. Pour cela, on dispose du dossier de presse, d’interviews dans les journaux, de celle de Jean-Pierre Salomé dans le petit film « La Découverte du roman La Daronne » (durée 21 mn, dans le DVD du film), et de celle d’Emmanuel Papillon, directeur du Louxor. Et surtout des commentaires de Jean-Paul Salomé qui vont des angles de prise de vue à la psychologie des personnages, des trouvailles développées lors du tournage au montage final, commentaires qui accompagnent la totalité du film dans une passionnante version parallèle que l’on trouve également sur le DVD (références de ces citations, en en respectant le caractère oral, sous la forme « CF, suivi du minutage »). Il y précise notamment que « le film n’a pas de studio du tout, on a toujours tourné dans de vrais lieux » (CF 7:40). « Je tenais beaucoup à cette vérité, à ces décors » (CF 45:15).

Continuer la lecture

« Caramba», film de Philippe Decouflé, tourné en 1986, dans le Louxor désaffecté

Nous enrichissons notre rubrique consacrée aux utilisations du Louxor comme décor de cinéma par un retour aux années qui ont suivi la fermeture du cinéma en 1983.

Hiver 1986, Philippe Decouflé cherche un lieu pour tourner un film de danse qu’il prévoit à la fois quelque peu déjanté, surréaliste et humoristique. C’est alors qu’il entend parler du Louxor, un ancien cinéma à l’abandon, qu’il pourrait totalement investir. Il demande donc l’autorisation de tourner dans le bâtiment au propriétaire de l’époque, la société Tati, qui avait espéré transformer le Louxor en magasin. L’autorisation accordée a pour conséquence annexe de retarder l’ouverture de la boite de nuit La Dérobade. Le Louxor devient donc décor de cinéma, et c’est dans ce lieu abandonné, rendu insolite par des cadrages et des éclairages recherchés, que va se dérouler le tournage. L’un des intérêts du film, surtout après bientôt quelque quarante ans, est de montrer le Louxor d’une manière totalement inédite. Outre le haut de la terrasse, on en verra un balcon, le sous-sol et plusieurs escaliers.

Né en 1961, danseur et chorégraphe, Philippe Decouflé essaie de traduire des influences diverses, mêlant Tex Avery et Groucho Marx. Il suit un parcours à la fois régulier et varié, où la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville (1992) marque sa reconnaissance par le grand public. Le film doit se dérouler dans un cadre étrange et trash d’un théâtre « qui a connu des jours meilleurs ». Une compagnie loufoque y joue une revue de variétés. Les situations les plus étranges et les plus improbables se succèdent, devant un reporter aux grandes oreilles, seul spectateur, qui n’en croit pas ses yeux.

Copies d’écran du film Caramba

Continuer la lecture

« La Colère des Dieux » en 1923 au Louxor

Au temps du cinéma muet au Louxor

À l’époque, Carte’com n’existait pas encore, mais de petites cartes publicitaires aussi bien pour des restaurants que pour des spectacles étaient distribuées dans la rue, le plus souvent par des « hommes-sandwichs ». Ces cartes se distinguaient des cartes postales publicitaires par leur taille plus petite et par leur matière, une cartoline moins épaisse. Le présent document, fait spécialement pour le cinéma Louxor, mesure 8 x 10 cm.


Continuer la lecture

PARIS CINÉS 1982-1992. Des cinémas disparaissent

Un livre de Jean-François Chaput sur les derniers cinémas populaires de Paris photographiés dans les années 80.

Couverture du livre de Jean-François Chaput

Mardi 29 novembre 1983, une date qui marque d’une pierre noire l’histoire du Louxor. C’est la date de sa dernière séance, cessation de sa première période d’activité après 59 ans de service. Tous ceux qui ont suivi la renaissance du Louxor se souviennent des photographies prises par Jean-François Chaput en ce jour teinté de tristesse. Car ce travail photographique qu’il a fait au Louxor, il l’a également fait pour beaucoup de cinémas qui ont disparu entre 1982 et 1992, en photographiant non seulement les salles à leurs derniers jours, mais aussi leurs spectateurs et leurs personnels. On se souvient de ces photos du Louxor, qu’il nous avait généreusement permis d’utiliser dans l’exposition de 2013 à la mairie du Xe, dans l’ouvrage sur le Louxor paru en 2013 aux éditions AAM (pages 66-67) et sur notre site. Ces photos prise en 1983 ont également été exposées à partir de mars 2012 sur les palissades du chantier pendant les travaux de réhabilitation du cinéma.   

La dernière séance au Louxor © Photos Jean-François Chaput.

Continuer la lecture

« Mon Crime », film tourné au Louxor

Après la façade du Louxor, mise en vedette dans le film de Jean-Paul Salomé, La Daronne, c’est maintenant la grande salle de style Art-déco égyptisant qui apparaît dans la nouvelle comédie dramatique et policière de François Ozon, Mon crime. Le film a été présenté en avant première au Louxor le 24 janvier 2023. La distribution est prestigieuse (Isabelle Huppert, Fabrice Luchini, André Dussolier, Dany Boon, Félix Lefebvre, et deux étoiles montantes, Nadia Tereszkiewicz et Rebecca Marder).
Continuer la lecture

Le Louxor, un palais égyptien centenaire


Rares sont les cinémas qui parviennent à leur centenaire. Le 6 octobre 2021, le Louxor a atteint cet âge respectable et cette place enviée. Pourtant, la route n’a pas été facile, et de nombreuses péripéties ont émaillé un parcours fait de moments festifs et d’autres douloureux. Combien de fois n’a-t-il failli disparaître sous la pioche des démolisseurs, avant que l’union des habitants du quartier et de la municipalité de Paris ne parvienne à le sauver ? C’est cette longue route que nous vous invitons à reparcourir – ou à découvrir – grâce à cette chronologie illustrée, dont les liens vous ouvriront quantité d’articles détaillés sur les décors, les personnages et les événements qui ont jalonné son existence. Longue vie au Louxor !

Continuer la lecture