Le site des Amis du Louxor

Mis en avant

Ce site est le résultat des recherches menées par des membres de l’association (Jean-Marcel Humbert, Nicole Jacques-Lefèvre, Annie Musitelli, Michèle Alfonsi, Marie-France Auzépy) sur l’histoire du Louxor et de sa programmation. Par ailleurs, nous avons suivi, grâce aux visites de chantier et aux rencontres avec les divers intervenants (architectes, décorateurs, acousticiens, mosaïstes, etc.) toutes les étapes de la réhabilitation du bâtiment, depuis la présentation du projet par l’architecte Philippe Pumain en novembre 2008 jusqu’à l’inauguration du 17 avril 2013 (rubrique Le chantier du Louxor). Ce site constitue donc une base de données documentaire sur ce cinéma historique et son sauvetage. Depuis l’ouverture de la salle, les Amis du Louxor, spectateurs fidèles de leur cinéma favori, continuent à se faire l’écho de son actualité.
Un ouvrage collectif, Le Louxor-Palais du cinéma, par les Amis du Louxor et l’architecte Philippe Pumain, a été publié en juin 2013 par les éditions AAM (photo ci-contre).

Le Louxor : première semaine de déconfinement

Le 22 juin, comme tous les cinémas de France, le Louxor a rouvert ses portes. Emmanuel Papillon évoque cette première semaine de reprise, très en douceur…

Que s’est-il passé au Louxor pendant le confinement ?
Tout le personnel a été mis au chômage partiel. Tous en sont sortis le 22 juin et notre effectif est maintenant au complet car même si le nombre de places ou de séances est moindre, la salle est ouverte 7 jours sur 7. Tout le monde doit être à son poste.
Pendant les trois mois de fermeture, il a évidemment fallu veiller à l’entretien du bâtiment mais dans l’ensemble tout s’est bien passé même si la présence des vendeurs de cigarettes était plutôt plus importante qu’en temps normal. On ne déplore pas de dégradations, ni d’intrusion (mais j’ai quand même dû me déplacer deux ou trois fois en catastrophe pour éteindre et réarmer l’alarme qui s’était déclenchée de manière intempestive !). Nous sommes donc restés vigilants, le Louxor a été entretenu et nettoyé.
 [Signalons dans le journal Le Monde le très beau reportage photo de Sophie Garcia qui a assisté à la réouverture du Louxor et nous a autorisés à publier deux de ses photos.]

Benjamin Louis, directeur technique du cinéma Le Louxor, ouvre les grilles du lieu pour accueillir les premiers spectateurs. SOPHIE GARCIA POUR « LE MONDE »

Quelles sont les conditions de réouverture ?
Pour respecter les contraintes sanitaires, le Louxor ne remplit que la moitié de la salle et invite les spectateurs à respecter les distances, ce qui signifie que les personnes d’un même groupe peuvent s’asseoir côte à côte mais doivent laisser un fauteuil vide à côté d’eux. Comme il n’est pas question de placer un vigile pour surveiller la salle, on compte sur la responsabilité individuelle pour respecter ces consignes. Difficulté au Louxor : la préférence marquée des spectateurs pour le balcon. Même en vendant la moitié des places, le risque est que le balcon soit surchargé alors que le parterre est vide, ce qui nous oblige à réguler les montées au balcon (et à expliquer au spectateur récalcitrant qu’il aura toute la place souhaitée au parterre). Des protections en plexiglas ont été installées à la caisse et le gel hydroalcoolique est aussi de rigueur.
Les exploitants ont été un peu perturbés par les consignes parfois contradictoires et mouvantes : par exemple nous avons été obligés au dernier moment de revoir le protocole qui avait fait l’objet d’un accord avec la Fédération nationale des cinémas et semblait raisonnable. Il avait par exemple été admis que les masques seraient encouragés mais pas obligatoires puis, la veille de la réouverture, le ministre de la culture Frank Riester a annoncé sur une radio que le masque serait bel et bien obligatoire dans les espaces d’accueil et pendant les déplacements à l’intérieur du cinéma. De même le ministre ne parlait plus de laisser un fauteuil d’écart entre les spectateurs mais évoquait la distance d’un mètre, ce qui n’est pas la même chose et beaucoup plus compliqué à appliquer. Il a donc fallu en catastrophe adapter le protocole annoncé et notamment prévoir des masques pour les spectateurs qui n‘en auraient pas. C’est ainsi que le Louxor vend des masques à 1 euro.
Globalement les règles sont acceptées même si certains jouent un peu les « Parisiens râleurs » et rechignent parfois…
Il devrait y avoir de nouvelles consignes le 15 juillet. Si les boîtes de nuit sont autorisées à rouvrir, on peut espérer que la discipline sera un peu moins stricte. Nous attendons…

Photo SOPHIE GARCIA POUR « LE MONDE »

Pendant cette première semaine, avez-vous vu revenir vos spectateurs ?
Le lundi 22, jour de la réouverture, la fréquentation a été vraiment encourageante, comme si le public cinéphile « militant » venait afficher son soutien au cinéma en général et à « sa » salle de quartier en particulier. Puis – non seulement au Louxor mais à Paris dans son ensemble –, les chiffres ont baissé de manière inquiétante. Pour vous donner une idée : sur une journée normale à Paris, on a environ 110 000 entrées et jeudi dernier on en était à 10 000 entrées !
Comment l’expliquez-vous ?
Comme toujours plusieurs facteurs se conjuguent mais, outre la crainte que certains spectateurs peuvent encore éprouver, il y a le problème de l‘offre. Il n’y a actuellement aucun film américain puisque les USA se sont retirés en attendant la réouverture des salles américaines. Or on sait que les films américains représentent 70% des entrées ! Par exemple la sortie du film de Christopher Nolan, Tenet, sur laquelle comptaient les distributeurs et exploitants, a été reportée au 12 août.
La crise sanitaire modifie d’ailleurs les habitudes, les gens vont plutôt dans leur cinéma de proximité que dans les grands circuits qui gonflent habituellement les chiffres des entrées.
Nous manquons en ce moment de films porteurs parmi les films d’auteurs et les sujets sont souvent austères, même pour un public cinéphile. Les exploitants se sont engagés à reprogrammer les films dont la carrière avait été interrompue par la pandémie mais même les deux films prévus pour faire le plus d’entrées (De Gaulle et La Bonne Épouse) peinent à attirer le public. Au Louxor, nous espérons que cet été, la rétrospective Forbidden Hollywood, avec ses films des années 30, va séduire nos habitués.


Dans ce contexte, les espoirs des exploitants se reportent cet été sur la sortie du film de François Ozon qui se retrouve bien seul avec une lourde responsabilité sur les épaules. Avec l’annulation de Cannes, les sorties qui étaient prévues sont reportées en 2021. Quant aux productions en cours, elles ont été interrompues, c’est un peu la disette et il va falloir un certain temps pour que la machine reparte. Mais il nous faut des films !
Les séances spéciales et en premier lieu les avant-premières sont généralement un gros succès au Louxor.
Oui mais en ce moment les règles sanitaires les rendent impossibles ! Comment faire un débat avec les spectateurs si le micro doit être désinfecté à chaque intervention ?
La situation est donc difficile et incertaine. Le chômage partiel, les aides de l’État et de la Ville de Paris ont joué un rôle essentiel et nous avons par exemple un engagement de la Ville sur l’exonération du loyer pendant la fermeture (3,5 mois). Mais cela n’a qu’un temps. Il faut que nous retrouvions notre public. Sans spectateurs, une salle ne peut pas vivre, c’est aussi simple que cela…

Propos recueillis lundi 29 juin 2020

C’était il y a 7 ans…

Mercredi 17 avril 2013 : le Louxor, réhabilité par Philippe Pumain et son équipe, était inauguré.  Belle journée  pour le Louxor, le quartier Barbès et le cinéma à Paris. La foule se pressait dans la salle Youssef Chahine, l’ambiance était euphorique, le Louxor renaissait après 30 ans d’abandon…

17 avril 2013 : inauguration du Louxor

Puis au lendemain des festivités officielles, il accueillait les premiers spectateurs.

Aujourd’hui 17 avril 2020, comme toutes les salles de spectacle, le Louxor attend des jours meilleurs… Et nous, nous avons hâte de retrouver le Louxor.
Bon courage à Emmanuel Papillon et son équipe pour traverser cette période difficile, tous les fidèles seront au rendez-vous, le Louxor continuera !

Décès de Renan Pollès, le cinéma et l’égyptomanie en deuil

Nous apprenons avec beaucoup de retard le décès de Renan Pollès. Cette personnalité hors du commun a eu toute sa vie (5 février 1943- 23 octobre 2019) des activités étonnement multiples et singulières, bien définies sur son avis de décès qui indique « Renan Pollès, Artiste en tout genre ». Mais il était avant tout directeur de la photographie – ou chef-opérateur – et réalisateur de films.

Renan Pollès en 2009, sur le tournage d’Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour…, de Pascal Thomas © Photo Olivier Petitjean

Renan Pollès a travaillé avec de nombreux réalisateurs, dont Jacques Doillon, Romain Goupil, Michel Andrieu et Pascal Thomas. Il a signé l’image de plus d’une cinquantaine de longs métrages, et l’on se souviendra de sa manière très particulière de caresser les sujets, de les mettre en lumière, comme par exemple dans le délicat Bastien et Bastienne de Michel Andrieu (1978). Et bien sûr le grand public se souviendra plus particulièrement de la série des nouvelles d’Agatha Christie réalisées par Pascal Thomas avec Catherine Frot et André Dussollier (Mon petit doigt m’a dit, L’Heure zéro, Le Crime est notre affaire et Associés contre le crime, 2005-2012).
Il a parallèlement réalisé aussi près d’une vingtaine de documentaires ayant pour thème les mythes et l’art, dont Mythes et Mégalithes (1988), et Il était une fois l’Atlantide (1997).

Lire la suite

« PORTRAITS » : Photographies de Fanny de Gouville

EXPOSITION AU SALON DU LOUXOR (2e étage)
DU 11 FÉVRIER AU 30 JUIN 2020

Fanny De Gouville réunit ici une série de « visages du 7e Art » photographiés entre Paris et Cannes. Le Louxor – Palais du cinéma était ainsi le lieu idéal pour présenter « Portraits », la première exposition de cette jeune photographe.

Accessible aux heures d’ouverture du cinéma.
Exposition gratuite – se présenter à l’accueil pour demander une contremarque d’accès.

Interview d’Emmanuel Papillon : bilan et perspectives

La société CinéLouxor vient de voir sa délégation de service public reconduite pour 5 ans par la Ville de Paris. Nous sommes heureux de voir cette même sympathique équipe continuer à animer ce lieu comme elle le fait depuis 7 ans. A cette occasion, Emmanuel Papillon, le directeur du Louxor, nous a accordé une interview pour faire le point sur le bilan de cette action, et sur les perspectives d’avenir.

Merci Emmanuel de nous recevoir au bar du Louxor, un lieu qui connaît lui aussi un beau succès et pas seulement auprès des cinéphiles ! Vous entamez votre second mandat à la direction du Louxor, c’est donc que vous avez eu envie de poursuivre l’aventure ?
Oui, après un premier mandat de 7 ans (2013-2020), Carole Scotta, Martin Bidou et moi-même (les trois associés de Cinélouxor) avons été renouvelés pour 5 ans, selon le même processus de désignation en trois étapes : dépôt des candidatures, « short list » des candidats admis à déposer les offres et enfin dépôt des offres. Nous sommes vraiment très heureux d’avoir été reconduits, c’est un gage de confiance et une reconnaissance du travail accompli…

Par rapport au cahier des charges de 2013, y a-t-il eu des changements ?
Le cahier des charges était quasiment le même à l’exception de deux dispositions nouvelles concernant le site Internet du cinéma et le nom de domaine de la société. Nous avons donc postulé de nouveau, de façon très sérieuse, sans faire du « copier-coller » de ce que nous avions fait les années passées. Cela a représenté un gros travail auquel nous avons consacré le mois d’août. Nous avons « rebalayé » toutes nos actions, forts de notre expérience, pour bâtir le nouveau projet.

Pouvez-vous nous rappeler le principe de la DSP (délégation de service public) ? Vous êtes un exploitant indépendant.
Oui, nous sommes indépendants, responsables de notre gestion, et nous payons à la Ville une redevance qui est fonction de notre chiffre d’affaires, avec un montant fixe au-dessous duquel on ne peut pas descendre.

Emmanuel Papillon présente une séance dans la salle Youssef Chahine

Justement, forts de votre expérience de sept ans et de votre bilan, y a-t-il eu des inflexions notables ?
Les grandes lignes fixées par le cahier des charges sont les mêmes. En premier lieu, il s’agit de proposer une programmation cinématographique Art et Essai en première exclusivité. Concrètement cela signifie 90% de films Art et Essai. Et nous programmons les films dès leur sortie. On aurait pu prendre un autre axe qui aurait été la 2e exclusivité et ne pas avoir les contraintes de l’exclusivité.

Quelles contraintes ?
Nous nous engageons à maintenir le film deux, voire trois semaines, et sur toutes les séances, ce qui monopolise un écran. Une programmation en 2e exclusivité ou en « continuation » serait plus éclectique, avec davantage de films mais moins de séances sur les films.

Mais vous avez opté pour la première exclusivité.
Pour nous, d’un point de vue économique, l’exploitation est plus viable sur l’exclusivité (même si on peut se planter quand le film ne marche pas). Et Martin [Martin Bidou, responsable de la programmation] et moi sommes très attachés à l’idée que nous sommes un cinéma Art et essai de quartier : il faut que nos spectateurs puissent voir les grandes sorties sans attendre. De plus nous avons une grande capacité avec la salle Youssef Chahine. Un cinéma « de continuation » sur une salle de 340 places serait risqué et je suis persuadé (les chiffres nous donnent raison) que notre public cinéphile et même « cinéphage » aime voir les films dès leur sortie. De surcroît la vie des films est courte (ce qui est un vrai problème), il faut montrer les films tant qu’ils sont dans l’air du temps, que la presse en parle. Sinon, les gens iront les voir ailleurs. De plus, on accepte les cartes des circuits UGC et Pathé.
Selon moi il n’y a pas vraiment d’alternative et nous ne souhaitions pas du tout remettre en question le choix de la première exclusivité.

Le système de l’exclusivité vous laisse-t-il la liberté de choix ou vous impose-t-on des films ? Qui décide de la programmation ?
Le distributeur impose un nombre de séances, ce qui peut être contraignant lorsque le film ne marche pas, mais c’est nous qui choisissons nos films. Nous nous concertons avec Martin Bidou et c’est lui qui prend les décisions au final. Mais au Louxor nous sommes maîtres de notre programmation pour la raison simple que nous n’avons pas de concurrents entre la Place Clichy (Wepler et Cinéma des Cinéastes) et La Villette (les MK2), pour le moment du moins. C’est une chance pour le Louxor car les distributeurs acceptent difficilement les « tandems » (deux copies côte à côte).
Il est vrai aussi que les rapports entre distributeurs et salles se détendent un peu car il y a énormément de films qui sortent et il y a toujours quelque chose d’intéressant.
Aujourd’hui les salles sont puissantes par rapport aux distributeurs car l’offre est supérieure aux salles, ce qui n’a pas toujours été le cas. Il fut un temps ou un distributeur pouvait même sanctionner des salles. Lorsque l’offre est pléthorique, comme aujourd’hui, cela change la donne.

Comment répartissez-vous les films entre vos trois salles ?
Quand on traite un film, on traite une salle. Le distributeur impose la salle mais au-delà de la première semaine, c’est le public qui décide. Le film passe donc d’abord en salle 1 (salle Youssef Chahine), puis, selon l’affluence, en salle 2 puis salle 3. Mais il y a des exceptions, comme récemment Parasite qui a tenu 6 semaines dans la grande salle. Les chiffres sont transparents, les distributeurs les voient et comprennent. Si un film ne marche pas, ils en conviennent.

Sur votre site, vous précisez si le film passe dans la salle « égyptienne » (Youssef Chahine) ou pas.
Oui, et même si parfois on est amené à changer de salle sans le préciser sur le site, les gens nous le reprochent. Surtout s’ils viennent de loin ! Mais certains préfèrent les deux nouvelles salles. Le public du Louxor a ses habitudes, le balcon par exemple est très prisé

Pour continuer sur la programmation, le cahier des charges de 2013 prévoyait l’ouverture sur les « cinématographies du Sud », souhait d’inscrire le Louxor dans le quartier Barbès et sa population très diverses ?
Cette précision n’y figure plus. C’est un point sur lequel on peut s’interroger car l’appellation est vague. Le « sud » de quoi ? Méditerranéen ? Maghrébin ? Africain ? Ce n’était pas dit en ces termes et il était question aussi, par exemple, de cinéma iranien, coréen, etc. Donc ce n’était pas clair. L’essentiel est que dès le départ, le Louxor a ouvert sa programmation aux « cinémas du monde », notamment « non anglo-saxons ». Certaines cinématographies sont plus riches à certaines époques mais ce genre de programmation Art et Essai diversifiée est entrée désormais dans les faits. Il était inutile de s’enfermer dans une définition restrictive.

Et vous poursuivez le travail avec les jeunes publics et les scolaires.
C’est un autre point essentiel du cahier des charges et il a été conforté. Le Louxor participe aux trois dispositifs nationaux d’éducation à l’image (Ecole et cinéma, Collège au cinéma, Lycéens et apprentis au cinéma). Nous participons aussi aux festivals initiés par la Ville de Paris, comme « Mon premier festival ».

Quelle est la part des groupes scolaires dans la fréquentation ?
Les séances pour les groupes scolaires (écoles, centres de loisirs et associations) ont lieu le matin en semaine. Les entrées se situent autour de 35 000 par an, avec une pointe à près de 40 000 en 2018. Ce sont des chiffres très importants, qui se situent entre 12 et 16 % de la fréquentation totale. Ils montrent la réussite de notre travail de sensibilisation des jeunes au cinéma, fondé sur une programmation adaptée et sur un contact suivi avec les équipes enseignantes et d’encadrement.
De nombreux enseignants ont des demandes spécifiques (cela peut être aussi bien Cyrano que, pour les profs de langue, des films allemands, espagnols). Nous avons été très actifs pour les projections de I am not your Negro, le film de Raoul Peck, et nous avons également projeté King, le documentaire sur Martin Luther King. Ces activités marchent très bien, on a des rapports très assidus avec les établissements scolaires du quartier (notamment Jacques Decour, Rocroy Saint-Léon) qui ont des enseignants ou documentalistes très cinéphiles.
En fait, d’octobre à fin mai, tous les matins, nos trois salles sont prises par les scolaires.

Il y a aussi des ateliers proposant à des enfants, par exemple, de réaliser avec une animatrice l’affiche d’un film qu’ils viennent de voir ; ou d’autres activités en lien avec le film qui leur a été projeté.

Dès l’ouverture du Louxor, vous avez aussi projeté des films du répertoire. C’était un choix personnel ou est-ce que cela fait partie du cahier des charges ?
C’est inscrit dans le cahier des charges et nous l’avons même développé. C’est une donnée très importante pour nous. Le Louxor a vraiment acquis une spécificité dans le répertoire, ce qui n’était pas évident au départ et ce que ne font pas beaucoup d’autres salles Art et Essai, à part les salles « historiques » du Quartier latin. Mais on s’est aperçu qu’il y avait un public pour le répertoire, en dehors du Quartier latin. Par exemple les rétrospectives (Ozu, Mizoguchi, etc.) ont fait au Louxor de meilleurs chiffres que le Champo. Quand on a fait la rétrospective Rohmer, le public était là et pas seulement celui du quartier.

Y a-t-il un « détournement » du public (du Champo, par exemple) ?
Non, pas vraiment. Le Champo lui aussi fait ses chiffres. En fait on crée un public. Dans le nord-est de Paris (là où est notre public), il y a des gens qui viennent voir les films du répertoire au Louxor mais qui n’iraient pas au Champo. Quand on programme Ozu ou Mizoguchi, on attire des gens. Par exemple ceux qui ont les cartes UGC et Pathé peuvent être tentés de venir.
Et en dehors des rétrospectives, le Ciné-club du dimanche matin est très bien installé, avec un public de fidèles encore plus nombreux qu’au début. La nouvelle formule a séduit (nous passons un cycle de films du même auteur et non un film isolé : cycle Renoir par exemple ou, en ce moment, le cycle Fritz Lang) et les gens apprécient les présentations de Fabienne Duzinsky.

En plus, le dimanche matin, nous avons régulièrement une autre offre destinée au jeune public : les ciné concerts. Le Louxor est une super salle pour le ciné concert car le film est projeté au format d’origine sur l’écran historique. C’est même là que la salle est la plus belle. Nous avons bénéficié de toute la restauration des films de Chaplin, de Buster Keaton. Ces séances marchent très bien.
Il y a donc une vraie réalité du répertoire au Louxor, nous avons cette spécificité qui est connue et nous sommes donc sollicités par des distributeurs de répertoire.

Par rapport aux salles du Quartier latin, le public de ces séances, ciné-club ou rétrospectives, est plus jeune ?
Oui, mais ce n’est pas étonnant car le quartier est plus populaire, l’immobilier y est moins cher, il y a plus de jeunes qui peuvent s’y loger, donc plus de jeunes qui fréquentent le Louxor. Mais on retrouve aussi au Louxor un public âgé, beaucoup d’habitués, qui viennent aux séances de l’après-midi.

Que pouvez-vous nous dire de votre bilan général en termes de nombre d’entrées et de bilan financier ?
Le bilan 2019 n’est pas clos mais nous serons très légèrement bénéficiaires. Ce qui veut dire que le Louxor n’est pas une affaire en or… On ne risque pas de se verser de dividendes très importants ! On a une masse salariale conséquente et des charges de maintenance très lourdes, plus lourdes que ce qui est courant pour un cinéma de trois écrans.

Pourquoi ?
Parce que le Louxor est un bâtiment très spécifique avec, par exemple, un système de chauffage et de climatisation coûteux qui demande une maintenance très lourde. Notre facture d’électricité est également supérieure à celles de salles de surface équivalente car nous avons un local haute tension avec un équipement électrique qui devait permettre au Louxor de proposer une sorte de polyvalence pour différent types de spectacles et pas seulement des projections de cinéma. Ce dispositif entraîne une lourde maintenance (on est obligé, en cas de panne de courant, d’avoir un « redresseur » alimenté par 250 batteries. On vient de les changer pour un coût de 30000 €).
Il faut assumer aussi le coût de la sécurité. Nous sommes tenus par le cahier des charges d’avoir un vigile, ce qui est tout à fait légitime et utile ici mais nous coûte 50 000 € par an.

Et l’entretien ? il y a une répartition entre la Ville et vous ? par exemple si vous devez repeindre l’escalier ?
Ce sera nous. Tout ce qui est l’entretien courant, mais aussi par exemple le changement de moquette, changement de fauteuils, peinture, c’est nous. En revanche, dans le cas d’un incident sur une partie de décor égyptien, sur les mosaïques, les éléments décoratifs, ce serait la Ville. Mais par exemple nous avons assumé la peinture du hall car ce n’était pas un élément décoratif. On ne peut pas entrer dans les détails mais il y a des niveaux d’entretien et la Ville a la charge des travaux de niveau 4.
Donc tout cela est lourd mais heureusement on fait des entrées !

Ce qui représente combien de spectateurs depuis la réouverture en avril 2013 ?
1 660 626 entrées payantes.

En effet, c’est impressionnant. Et avez-vous relevé des fluctuations d’une année à l’autre ?
Dès 2013 (année incomplète puisque le Louxor a ouvert le 17 avril), nous avons fait 174 463 entrées payantes. Puis, les années suivantes, la fréquentation s’est stabilisée entre 237 000 et 253 000 (253 765 en 2014, 238 476 en 2015, 250 183 en 2016, 236 991 en 2017, 239 411 en 2018). Et l’année 2019 a été remarquable, la meilleure de toutes depuis la réouverture avec 267 337 entrées payantes.

Y a-t-il des raisons particulières à cet engouement croissant ?
C’est en effet un chiffre énorme. Avant tout, il y a eu de bons films d’auteurs Art et Essai, très porteurs. Parasite a fait 22 000 entrées et s’est maintenu au Louxor 14 semaines en continu. Les Misérables, encore à l’affiche, ont déjà fait plus de 12 000 entrées, on peut citer aussi Joker (10 518), Douleur et Gloire (9 870), Once Upon A Time in Hollywood (8 345), La Favorite (8 669), J’accuse (5 328). Cannes et Venise ont été excellents, donc c’était une bonne année. Et on attend les Césars, puis les Oscars…

Ce sont surtout les sorties qui expliquent votre bilan, plutôt que les séances spéciales (répertoire, etc.) ?
Oui, il est clair que ce sont les sorties. On ne construit pas une programmation sur les séances spéciales. Nous sommes repérés, nous avons un public, 2019 a été très positive même si décembre a été plus difficile avec le manque de transports, les écoles qui ne pouvaient pas venir, les gens qui sortaient moins. Cet épisode de grèves des transports pendant laquelle la fréquentation a baissé a d’ailleurs démontré que nous attirons au-delà du quartier des gens qui viennent en transports en commun.

Pensez-vous que le Louxor pâtit d’un environnement marqué par une présence policière importante, des vendeurs à la sauvette ? Est-ce dissuasif ?
Cela peut l’être. Pas pour les spectateurs qui habitent le quartier car ils sont habitués à y circuler mais pour les gens qui viennent de plus loin, oui, cela peut être un peu dissuasif.
Il faut reconnaître que l’été dernier, par exemple, a été un peu compliqué avec une présence énorme des vendeurs de cigarettes et moins de dissuasion policière. Maintenant encore, il y a vraiment un trafic à tout va. Et dans ce contexte, le kiosque à journaux a disparu. Après un essai de réouverture, le kiosquier a jeté l’éponge.

En matière de programmation, vous avez renoncé à certaines activités proposées pendant les premières années. Par exemple l’Université Populaire ?
Oui, c’est dommage car l’idée de faire témoigner sur le cinéma une personnalité extérieure était intéressante mais d’une part il y a eu le départ d’Alexis Tsekenis qui animait les séances et a repris le Grand Action et d’autre part, cela se télescopait avec le ciné-club du dimanche matin. D’autant que le dimanche matin, nous avons aussi les ciné-concerts déjà évoqués.

Parmi les séances disparues, il y avait aussi le « Saturday Yann Fever » de Yann Delattre qui présentait avec brio des films de genre, certains samedis matins ?
Oui, là aussi c’est dommage mais il est difficile de trouver de la place pour tout sur une base régulière. Mais Yann est revenu présenter certains films de genre (Cronenberg, Argento) mais moins systématiquement.

Vous avez des projets précis concernant le bâtiment par exemple ?
Le bar, qui est géré en direct, et non par un prestataire extérieur, est à l’équilibre depuis deux ans. Il est ouvert toute l’année et est maintenant accessible aux non spectateurs (il suffit de demander un ticket à la caisse pour y accéder).
Nous voudrions en refaire la décoration et surtout, nous voulons trouver un système pour protéger la terrasse de la pluie et, en été, du soleil qui cogne très fort tout l’après-midi. Il faut trouver un dispositif élégant, un genre de voile, qui permette d’utiliser la terrasse mieux qu’elle ne l’est actuellement.

Quant au salon, vous y maintenez certaines activités pas directement liées au cinéma ?
Nous maintenons les cours de tango toutes les semaines, ils sont très demandés. S’y ajoutent des cours de danse du Moyen Orient et de danse contemporaine. Ces animations présentent aussi l’intérêt d’utiliser le salon d’exposition qui est un très joli endroit mais où les gens vont assez peu. Nous aimerions qu’il puisse être mieux utilisé et nous y réfléchissons.

Vous avez choisi de retransmettre également des représentations en direct de Covent Garden à Londres. La programmation, quasi à égalité entre des œuvres lyriques et des ballets, a-t-elle trouvé son public ?
Les chiffres sont moyens (environ 150 spectateurs par retransmission) mais cela fait partie d’une diversification que nous souhaitons, et cela touche un public qui vient peu au cinéma.

Propos recueillis le 20 janvier 2020 par Claudie Calvarin, Jean-Marcel Humbert, Annie Musitelli et Michel Souletie.

©Les Amis du Louxor

« Cinés-Méditerranée » 2010-2019 : exposition photographique de Stéphane Zaubitzer

Du 10 janvier au 28 février 2020

L’exposition ,organisée en collaboration avec l’Institut des Cultures d’Islam, est présentée en plein-air, sur les grilles du pont Saint-Ange (boulevard de la Chapelle), que la Mairie de Paris a eu l’heureuse idée de transformer en espace d’exposition.

Le photographe Stéphane Zaubitzer, passionné d’architecture et de cinéma, a été lauréat du World Press Photo en 2004 pour son travail sur les salles de cinéma en plein-air d’Ouagadougou et il a continué à parcourir le monde pour conserver par la photographie une trace des salles de cinémas, qu’elles soient encore en activité ou menacées de ruine.

Le Rio, Alexandrie

« Cinés-méditerranée démarre en 2010 à Alexandrie et au Caire. Le projet regroupe aujourd’hui des salles égyptiennes, marocaines, libanaises, algériennes et tunisiennes. Il tente de réunir la mémoire, les émotions, les imaginaires, les hommes et les femmes et l’histoire des deux rives méditerranéennes, celle du sud et celle du nord. »

Le Rialto, Casablanca

De son périple sur les rives de la méditerranée, de l’Algérie à l’Egypte jusqu’au Liban, Stéphane Zaubitzer a retenu pour cet accrochage 46 photographies : cinémas en plein air, édifices meurtris ou réhabilités, autrefois luxueux ou rudimentaires, dont l’histoire ne peut qu’évoquer celle du Louxor de Barbès et de ses décors égyptisants, resté dans les mémoires comme le lieu de projection de films indiens, égyptiens, algériens, et aujourd’hui sauvé et réhabilité.

Le Century, Oran

Les photos ont été prises lors de l’inauguration du 10 janvier 2019.

Stéphane Zaubitzer en compagnie de Stéphanie Chazalon, directrice de l’ICI, pendant l’inauguration.