Le site des Amis du Louxor

 

Ce site est le résultat des recherches menées par des membres de l’association (Jean-Marcel Humbert, Nicole Jacques-Lefèvre, Annie Musitelli, Michèle Alfonsi, Marie-France Auzépy) sur l’histoire du Louxor et de sa programmation. Par ailleurs, nous avons suivi, grâce aux visites de chantier et aux rencontres avec les divers intervenants (architectes, décorateurs, acousticiens, mosaïstes, etc.) toutes les étapes de la réhabilitation du bâtiment, depuis la présentation du projet par l’architecte Philippe Pumain en novembre 2008 jusqu’à l’inauguration du 17 avril 2013 (rubrique Le chantier du Louxor). Ce site constitue donc une base de données documentaire sur ce cinéma historique et son sauvetage.
Un ouvrage collectif, Le Louxor-Palais du cinéma, par les Amis du Louxor et l’architecte Philippe Pumain, a été publié en juin 2013 par les éditions AAM.

Depuis l’ouverture de la salle, les Amis du Louxor, spectateurs fidèles de leur cinéma favori, continuent à se faire l’écho de son actualité.

 

Publié dans Non classé en décembre 2013


Quand le coq Pathé réveillait le monde

-

C’est en 1930 seulement que Pathé rachète le Louxor, en même temps qu’une vingtaine d’autres cinémas parisiens du groupe Lutetia-Fournier. Le livre que vient de publier Stéphanie Salmon sur l’histoire de la maison Pathé de 1896 à 1929, années cruciales pour le développement de l’industrie cinématographique, constitue un éclairage précieux sur l’environnement dans lequel s’inscrit la prise de contrôle du Louxor par Pathé.

 

Coq Pathé

 

Après l’irremplaçable catalogue de l’exposition Pathé, premier empire du cinéma, présentée en 1994-1995 au centre Georges Pompidou, un nouvel ouvrage sur la société Pathé vient de paraître, signé de Stéphanie Salmon. Directrice des collections historiques de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, qui a pour vocation de préserver et de diffuser les archives Pathé, elle avait aidé Les Amis du Louxor lors de la préparation de l’exposition et du livre sur notre cinéma préféré, et elle nous avait apporté une aide efficace en nous permettant notamment de reproduire des photos inédites.

Elle publie aujourd’hui ce livre sur la société Pathé, couvrant la période 1896-1929, c’est-à-dire d’un côté bien avant la construction du Louxor, et de l’autre, juste avant l’achat du Louxor par Pathé, au moment où Charles Pathé quitte la société. Et pourtant, si ce livre ne touche donc par directement le Louxor, il restitue remarquablement le contexte dans lequel va s’inscrire cette opération en mettant à disposition du lecteur des indications nombreuses et détaillées sur le développement de l’industrie cinématographique et sur la manière dont les frères Pathé ont commencé leur fulgurante carrière. Pour ce faire, Stéphanie Salmon a utilisé des archives en grande partie inédites, aussi bien celles de la société Pathé que du domaine privé.

 

Affiche Candido de Faria, c. 1908-1910 -  Affiche Daniel de Losques, 1913

Affiche Candido de Faria, c. 1908-1910                       Affiche Daniel de Losques, 1913

 

L’ouvrage se lit comme un roman.  On entre vraiment dans le jeu des influences et des contrats, et l’on suit avec intérêt la construction de l’empire Pathé. Au départ gestionnaires d’un simple commerce, les frères Pathé s’attachent à diffuser le son – le phonographe – puis l’image animée – le cinématographe – tout  d’abord en tant qu’attraction dans les foires et les cafés-concerts, puis dans les salles de spectacle, enfin dans les foyers. Cette industrie de masse connaît alors un développement foudroyant, s’adjoint les métiers du cinéma, et gagne tous les continents, tandis que s’amplifie le mouvement de concentration de l’industrie cinématographique amorcé dès la première moitié des années 20.

Cette aventure industrielle hors du commun, portée par les rivalités de pouvoir, traversée par les enjeux économiques, conduite par les réflexions des dirigeants sur l’évolution des activités, montre aussi l’émergence d’une figure du patronat et des multinationales. On y voit également se dessiner l’histoire économique et sociale de la Belle-Époque, et surtout celle de la mise en place, dès avant la guerre de 1914-1918, d’un commerce de loisir accessible à un nombre croissant de personnes.

On attend maintenant avec impatience la suite de cette saga mouvementée.

 

Jean-Marcel Humbert

 

Stéphanie Salmon, Pathé à la conquête du cinéma, 1896-1929, Éditions Tallandier, 640 pages, nombreuses illustrations noir et blanc et couleur, notes, bibliographie et index. Préface de Sophie Seydoux. 29,90 €

Publié dans Cinéma en juin 2014


L’Art et Essai plébiscité à Barbès

 

Entretien avec Emmanuel Papillon

 

Après un an d’activité, le Louxor-Palais du Cinéma est désormais inscrit dans le paysage. Très vite, il a trouvé son public grâce à une programmation riche et variée, ponctuée de nombreuses « séances spéciales », dont certaines en liaison avec des associations de terrain. Mais la réouverture d’un cinéma dans un bâtiment historique de trois étages, à l’issue d’un long chantier, pose aussi des problèmes spécifiques. Nous remercions vivement Emmanuel Papillon de nous avoir reçus pour parler  de cinéma, de patrimoine, mais aussi des ajustements et améliorations que l’équipe de CinéLouxor souhaite encore apporter.

 

dimanche 22-1 copie

 

Lire la suite »

Publié dans Cinéma, Histoire du Louxor en juin 2014


Les décors du Louxor pour les nuls…

 

Le Louxor est sans doute l’un des seuls cinémas parisiens où le spectateur arrive armé  de son appareil photo… Depuis que le cinéma a rouvert ses portes, on le fréquente, certes, pour la qualité de ses programmes mais pas seulement ! On y vient aussi pour prendre un pot sur sa terrasse accueillante avec vue panoramique sur la Butte Montmartre et pour découvrir l’exceptionnelle richesse décorative du lieu – colonnes de la loggia, mosaïques polychromes de la façade, décors de la grande salle. Mais si la beauté des décors nous enchante, leur signification reste souvent énigmatique pour le néophyte. Car architecte et décorateur ont puisé aux sources de l’Égypte antique pour en reproduire certaines formes et symboles. Pour nous aider à les repérer et les déchiffrer, Jean-Marcel Humbert nous offre ici une  petite  « grammaire de l’égyptologie ».

 

Formes architecturales (façade, cadre d’écran, entourage des portes)

 

1- formes architecturales copie

Lire la suite »

Publié dans Le pharaon du Louxor en juin 2014


Interview de Jean-Pierre Pagliano

 

Le Roi et l’Oiseau bientôt au Louxor

 

Jean-Pierre Pagliano, adhérent des Amis du Louxor, est historien du cinéma et critique de films d’animation. Grand spécialiste de Paul Grimault, il a publié en octobre 2012, aux éditions Belin, une véritable somme sur l’œuvre maîtresse de ce cinéaste, Le Roi et l’Oiseau. Le film va connaître début juillet une nouvelle sortie nationale dans une version numérique restaurée.

Le samedi 6 juillet, Jean-Pierre Pagliano présentera le film au Louxor à 14 heures puis signera son livre au bar à partir de 16 heures.

 

livre

L’ouvrage de Jean-Pierre Pagliano (Editions Belin, octobre 2012), couverture et rabat

 

Le Roi et l’Oiseau est un classique du cinéma d’animation mais il a une histoire assez mouvementée. Pouvez-vous nous rappeler cette épopée ?

 L’aventure de ce film occupe une bonne partie de mon livre… Je pourrais me contenter, ici, d’indiquer que son destin ressemble à celui du Louxor ! Le côté phénix : comme le « palais du cinéma » qui nous est cher, on a vu le film de Prévert et Grimault renaître, non pas de ses cendres mais de ses vestiges. Au départ, il y avait la volonté de réaliser ce qui devait être le premier dessin animé français de long métrage. Dès 1944, Paul Grimault et Jacques Prévert ont choisi d’adapter un conte d’Andersen, La Bergère et le Ramoneur, en développant considérablement l’action et le nombre de personnages, en y mêlant surtout leurs propres thèmes. Ce projet ambitieux a connu de grosses difficultés : le producteur, devant les dépassements de budget, a voulu terminer le film lui-même à la va-vite, à partir de 1950. S’en sont suivies des péripéties judiciaires, des polémiques dans la presse, et finalement des situations paradoxales : malgré une décision de justice, La Bergère et le Ramoneur est présenté au festival de Venise 1952, où il est primé. Il sort en 1953, désavoué par ses auteurs qui n’auront plus qu’un désir : refaire le film, en ne gardant qu‘une quarantaine de minutes de la version initiale. Ce sera encore une longue marche, après le rachat du négatif fin 1966 : recherche du financement, constitution d’une nouvelle équipe (avec quelques anciens, comme Gabriel Allignet et Philippe Landrot), et réalisation des nouveaux plans dans le petit atelier-studio de la rue Bobillot, qui n’a plus rien à voir avec Les Gémeaux, la société créée en 1936 par Grimault et le producteur André Sarrut. La version définitive, Le Roi et l’Oiseau, sort en 1980, auréolée du Prix Louis-Delluc, qu’aucun autre film d’animation n’a remporté. Ces dernières années, Le Roi et l’Oiseau n’était plus distribué en salles. L’actuelle sortie nationale en version numérique restaurée est donc un événement.

Lire la suite »

Publié dans Cinéma en juin 2013


Le Louxor – Palais du cinéma : le livre

--

 

 

Louxor - le livre

 

Samedi 8 juin 2013 a eu lieu au Louxor le lancement du livre Le Louxor – Palais du cinéma, publié par les éditions AAM. Une assistance nombreuse d’adhérents des Amis du Louxor, de représentants de la presse et de sympathisants a pu profiter du bar du Louxor et de sa terrasse  et faire dédicacer l’ouvrage par les auteurs présents. Le livre est en vente au Louxor et, à partir de la deuxième quinzaine de juin, dans « toutes les bonnes librairies ».

 

L'éditeur Maurice Culot et Jean-Marcel Humbert , 8 juin 2013.

L’éditeur Maurice Culot et Jean-Marcel Humbert , 8 juin 2013.

 

Un livre conçu par Les Amis du Louxor, publié par les éditions AAM (Archives d’Architecture Moderne, Bruxelles) sous la direction de l’égyptologue Jean-Marcel Humbert et de l’architecte Philippe Pumain. Avant-propos de Bertrand Delanoë, préface de Costa-Gavras, photographies du Louxor rénové de Luc Boegly, avec des contributions de Michèle Alfonsi, Marie-France Auzépy, Jean-Marcel Humbert, Nicole Jacques-Lefèvre, Jean-Jacques Meusy, Annie Musitelli et Philippe Pumain.
204 pages, 253 illustrations, 21 x 23,5 cm
couverture cartonnée sous jaquette, 35 €
Ouvrage édité avec l’aide du CNL,
en librairie à partir de mi-juin 2013 (diff. Vilo).

Édition de ce livre sans but lucratif ni droits d’auteur. 

 

Publié dans Cinéma, Histoire du Louxor en mai 2013