La rentrée 2015 au Louxor

Nouveaux films, avant-premières, reprises des « séances spéciales », retour des publics scolaires, etc., Emmanuel Papillon nous présente une rentrée riche en évènements.

D’abord, un bref retour en arrière. Comment s’est passé l’été qui est censé être une période creuse pour les salles de cinéma ?
Comme partout au niveau national, la période s’inscrit dans un contexte de légère baisse de fréquentation (- 3% environ sur le plan national ). Au Louxor, pourtant, nous ne nous en sommes pas mal sortis même si l’été a été un peu moins bon que l’an passé – en raison notamment de l’absence de films « porteurs ». On peut vraiment regretter la frilosité de beaucoup de distributeurs qui ne veulent pas sortir de films pendant l’été alors qu’il y a bel et bien un public en juillet et en août, et cette absence de grands films décourage les gens de l’idée même d’aller au cinéma. Pourtant regardez ce qui s’est passé l’été dernier : la Palme d’or 2014, Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan, était sortie en août et avait très bien marché ! Ce refus de sortie estivale est aussi très dommageable pour les films eux-mêmes car ils sortent tous en même temps ! On se retrouve ensuite avec un nombre absurde de sorties la même semaine et certains films vont au massacre. Des films auraient pu sortir en été : par exemple,  si Dheepan, qui a plutôt bien marché, était sorti 15 jours plus tôt, il aurait eu une carrière plus longue avant l’arrivée de nouveaux titres en septembre – octobre. Cela dit, nous ne nous plaignons pas avec une moyenne de 2500 entrées par semaine cet été.
Nous avons proposé des reprises de films de 2015 que nous n’avions pas programmés à leur sortie et qui sont déjà sortis des écrans – des « séances de rattrapage », en somme, pour des films aussi divers que Gone Girl, Comme un avion ou Dear White People, etc.. Des reprises de classiques, aussi, comme Rocco et ses frères ou A Touch of Zen.
Et certaines sorties ont très bien marché comme La Isla minima. En revanche, la trilogie portugaise Les Mille et une nuits a été un échec…
Et comment se présente la rentrée ?  
Elle est plutôt bien engagée  avec des films qui ont trouvé leur public comme Much Loved, ou Youth. Quant à Fatima, le film fait de bons débuts. On en est à pas moins de 5000 entrées par semaine et cela devrait augmenter.

Lire la suite

Le ciné concert du 16 juin 2015

Visages d’enfants (1925) de Jacques Feyder.

90 ans après sa projection au Louxor du 2 au 9 octobre 1925, Visages d’enfants, considéré comme un des chefs d’œuvre du cinéma muet, a été redécouvert dans cette même salle, dans sa version remarquablement  restaurée par Lobster films, et sur l’écran d’origine de 1921. Le film était accompagné au piano par Serge Bromberg qui retrouvait le Louxor pour un nouveau ciné concert.
Il rappela que la copie que nous allions voir était le fruit d’années de travail, en collaboration avec des partenaires multiples, pour réunir et confronter les copies (ou fragments de copies) existant dans les diverses cinémathèques : dans le cas présent, le Musée Néerlandais du Cinéma (EYE Film Instituut Nederland), la Cinémathèque française, Gosfilmofond en Russie, la Cinématèque Royale de Belgique. Vint ensuite la restauration proprement dite, vrai travail d’orfèvre !
Mais si la numérisation permet – à condition de trouver les financements – d’obtenir des copies de la meilleure qualité possible, encore faut-il le faire avant que des dégradations irrémédiables n’aient eu lieu. C’est donc souvent dans l’urgence qu’il faut intervenir. Pour Visages d’Enfants, heureusement, Bromberg est arrivé à temps…
Le 30 mai 2015, Visages d’enfants accompagnait la remise du Prix du festival du cinéma muet de San Francisco (San Francisco Silent Film Festival Award) décerné à Serge Bromberg pour son travail exceptionnel en faveur de la redécouverte et de la restauration des films du patrimoine.

Lire la suite

Le Louxor a fêté son deuxième anniversaire

Plus de 500 000 spectateurs en deux ans…

Le 17 avril 2015,  deux ans jours pour jour après l’inauguration du cinéma restauré, le Louxor a fêté en beauté son deuxième anniversaire avec un ciné-concert d’une qualité exceptionnelle : L’Homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov, projeté dans une superbe version restaurée par Lobster Films, et accompagné par Serge Bromberg dont nous avons déjà salué le talent de pianiste à l’occasion du ciné-concert du 15 mars dernier.

Le succès de ces premiers ciné-concerts est venu confirmer qu’un public varié et curieux a décidément trouvé le chemin du Louxor. La programmation très diversifiée proposée par Emmanuel Papillon et le dynamisme de son équipe ont attiré et fidélisé un large éventail de spectateurs de tous âges : séances pour les jeunes (rendons ici hommage à Stéphanie Hanna pour les liens qu’elle a su tisser avec de nombreux établissement scolaires et centres de loisirs), ciné-clubs pour les amoureux du patrimoine, avant-premières ou projections spéciales en présence de réalisateurs ou d’acteurs, large ouverture aux cinémas du monde, et bien entendu, projections régulières des films sortis en exclusivité, tous ces efforts ont porté leurs fruits, comme en témoignent les excellents chiffres de fréquentation enregistrés depuis son ouverture le 17 avril 2013.

Et nous savons aussi qu’outre la qualité de la programmation, ce sont aussi la beauté et l’originalité du lieu qui attirent au Louxor de nombreux spectateurs.

La Mairie de Paris a salué l’événement en publiant le communiqué suivant :

Communiqué du 21 avril 2015

Communiqué du 21 avril 2015

Tous ceux qui, comme nous, ont milité pour le sauvetage de cette salle de quartier mais aussi tous les cinéphiles, ne peuvent que se réjouir de cette  réussite et souhaitent un très bon anniversaire à l’équipe de Ciné-Louxor…

Pour connaître les films à l’affiche et suivre les nombreux événements proposés par le Louxor, rendez-vous sur le site du cinéma.

Vernissage de l’exposition « Fiction – Un regard sur le Louxor »

Jeudi 5 mars 2015, le salon du Louxor accueillait le vernissage de l’exposition de photographies de Judith Bormand, « Fiction – Un regard sur le Louxor ».

Emmanuel Papillon, directeur du Louxor, entouré de membres de son équipe, a accueilli  dans une ambiance très amicale les nombreux visiteurs venus découvrir le travail effectué sur les lieux par Judith Bormand pendant plusieurs semaines et dont elle nous parlé dans l’entretien qu’elle nous a récemment accordé. En quelques mots chaleureux, il a rappelé la démarche de la photographe et loué l’originalité et la qualité de ses photographies – de ces « fragments » qui parviennent à restituer de manière étonnante l’atmosphère du Louxor.

Emmanuel Papillon et Judith Bormand, 5 mars 2015.

Emmanuel Papillon et Judith Bormand, 5 mars 2015.

Lire la suite

« FICTION – Un regard sur le Louxor »

Exposition de photographies de Judith Bormand
Au Louxor – Palais du Cinéma,  du 4 mars au 19 mai 2015

Rencontre avec la photographe Judith Bormand
Licenciée en Histoire de l’art et diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière en photographie, Judith Bormand a exposé dans le cadre du Mois de la Photo à Paris en 2008, aux Rencontres d’Arles en 2009, aux Rencontres Photographiques du 10e à Paris en 2011.
Du 4 mars au 19 mai 2015, une exposition des photographies qu’elle a réalisées au Louxor va se tenir dans l’espace d’exposition du cinéma. Nous remercions Judith Bormand de nous avoir accordé cet entretien.


JBormand_Portrait2 copie

Pourquoi avez-vous souhaité faire un travail photographique sur le Louxor ?
À l’origine, il s’agissait de poursuivre un projet que j’avais entrepris sur le thème des espaces réhabilités. J’avais déjà photographié le Cent Quatre et je souhaitais ensuite faire des images du Louxor, qui venait lui aussi d’être rénové et de rouvrir. J’ai donc demandé (et obtenu) l’autorisation de mener ce travail photographique sur l’intérieur du lieu, mais du lieu vide.
Au départ, qu’est-ce qui vous intéressait dans le Louxor ?
D’abord l’extérieur du bâtiment, bien sûr, que je connaissais lorsque le cinéma était encore fermé et qui m’intriguait. Avec son style Art Déco, c’est un vrai monument du carrefour Barbès. Ensuite, les décors égyptiens, même si ce n’est pas là-dessus que j’insiste dans mes photographies. La salle Youssef Chahine, bien sûr, mais j’aime aussi beaucoup les nouvelles salles du sous-sol, leur atmosphère. Je les trouve vraiment très réussies. On pourrait s’imaginer 50 ans en arrière, on pourrait presque penser qu’elles étaient là à l’origine, notamment la petite salle 3. C’est d’ailleurs ce que j’ai cru en y voyant un film pour la première fois, avant de m’intéresser de plus près à l’histoire du Louxor.
Vous n’aviez pas vu l’intérieur du Louxor avant sa réhabilitation ?  
Non, ni avant, ni pendant le chantier. Je le regrette, d’ailleurs, car je fais aussi des photos de chantiers mais j’étais alors prise par d’autres projets.
Le travail dans le Louxor s’est fait en deux temps. J’ai d’abord fait des prises de vues argentiques, à la chambre, des vues centrées, frontales et larges des salles notamment, peut-être un peu plus « classiques » et plus propres à la photographie d’architecture que celles qui figureront finalement dans l’exposition.
Car ensuite le projet a évolué : j’avais aussi en tête une autre idée, celle de travailler sur la salle de cinéma en tant que sujet et non plus d’un point de vue plus spécifiquement architectural. Et à cet égard, je trouvais l’espace du Louxor vraiment intéressant. De même que son fonctionnement de cinéma indépendant, différent des complexes. J’étais curieuse de le découvrir, bien que cette série ne parle pas de la vie du lieu. Cela valait la peine d’y passer plus de temps. Mon travail s’est donc étalé sur un peu plus de deux mois, de fin octobre à début janvier.
Comment avez-vous organisé votre travail dans un cinéma en pleine activité ?  
Je venais souvent pour de courtes durées, soit entre les séances, soit avant les séances, c’est-à-dire le matin à partir de 8h 30, 9 heures, avant l’arrivée du public scolaire. Et par la suite, je venais plutôt entre 11 et 13 heures, après les séances pour les scolaires et avant celles de l’après-midi.
Vous semblez opposer deux phases de votre travail qui correspondraient à deux types de projets différents : les « photos d’architecture » et les photos de salles de cinéma… Pouvez-vous nous expliquer cette distinction ? 
En fait je ne veux pas les opposer. Il s’agit bien de deux projets différents et consécutifs.
Le projet initial, qui portait sur le lieu réhabilité, a été terminé assez rapidement. S’il se rapproche plus d’une photographie d’architecture « classique », il reste cependant un regard personnel sur l’espace, avec des vues frontales prises depuis un axe, puis son opposé, afin de donner deux points de vue principaux et dans la lignée d’un style documentaire.
Mais sa prolongation m’a permis d’encore mieux connaître le lieu, de m’en imprégner. Et un deuxième projet a pris forme. C’est devenu surtout un travail autour de fragments du lieu et de ces éléments caractéristiques de la salle de cinéma auxquels on ne prête pas attention. Enfin un travail autour de l’atmosphère qui se dégageait de ces salles vides dans lesquelles je déambulais. Mon choix a été de montrer le lieu de manière parcellaire, de reconstruire un espace. J’ai privilégié des détails que je trouvais caractéristiques de ce qu’évoque pour moi le cinéma : les rangées de sièges, le velours, le rideau, les moquettes, les faux marbres de la grande salle, une des portes de sortie, en somme des éléments qui ramènent au cinéma – ou plus largement au spectacle. Ainsi que des éléments spécifiques au Louxor lui-même. L’ensemble s’éloignant du document pour frôler l’onirique.

JBormand_141125_Louxor_5612

Lire la suite

Le ciné-club, ou le plaisir partagé.

Entretien avec Fabienne Duszynski

Fabienne(1) copieEnseignante-chercheuse en cinéma à l’Université de Lille III, Fabienne Duszynski est,  depuis l’ouverture du cinéma, l’une des animatrices du ciné-club du Louxor. Avec intelligence et sensibilité, elle contribue à faire de ces séances des moments magiques de compréhension et d’émotion. D’Une place au soleil (George Stevens, 1951) à Lumière d’été (Jean Grémillon, 1942), elle a accompagné la projection de films aussi différents que L’Homme tranquille (John Ford, 1952), French Cancan (Jean Renoir, 1954), Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970), Touki Bouki (Djibril Diop Mambety, 1973), Une chambre en ville (Jacques Demy, 1982), Les Voyages de Sullivan (Preston Sturges, 1941), Mais qui a tué Harry (Alfred Hitchcock, 1955), Deux filles au tapis (Robert Aldrich,1981), Lettre d’une inconnue (Max Ophuls, 1948) ou Partie de campagne (Jean Renoir, 1936). Nous avons voulu en savoir un peu plus, et prolonger le dialogue…

Un ciné-club : qu’est-ce pour vous ?
Je ne voudrais  pas me lancer dans l’histoire du ciné-club, qui évoque sans doute bien des souvenirs  pour beaucoup de monde. C’est peut-être simplement le mot d’introduction pour des séances autour d’un film. Pour moi, après la nécessité de le contextualiser et de le présenter, il ne s’agit pas de proposer une analyse du film, mais surtout de donner des pistes, de trouver une façon d’ouvrir le regard. À partir d’une ou plusieurs séances, je voudrais permettre aux spectateurs de se familiariser parfois avec un certain vocabulaire d’approche, de prolonger de manière plus active cette position déjà précieuse du simple spectateur. Oui, si à la fin d’une séance, j’ai le sentiment  d’avoir réussi à accompagner le film, à en prolonger le plaisir, sans que mon discours s’y substitue, c’est pour moi une bonne séance.

Deep End (J. Skolimowski), projeté dans le cadre du ciné club du Louxor

Deep End (J. Skolimowski), projeté dans le cadre du ciné club du Louxor

Lire la suite

La « Saturday Yann Fever » fait sa rentrée au Louxor

Rencontre avec Yann Delattre

Yann Delattre ne pouvait trouver meilleur nom pour son ciné-club que ce clin d’œil à cette Fièvre du samedi soir, emblématique du cinéma américain des années 70, période qui  le passionne et qu’il connaît sur le bout des doigts. Énormes succès comme Les Dents de la mer ou films restés plus confidentiels comme La Valse des Pantins de Scorsese, ce sont en effet ces films américains des années 70 à 90 que le public du Louxor peut (re)découvrir, un samedi par mois à 11heures.  Nous avons voulu en savoir davantage sur ce cinéphile à l’enthousiasme communicatif. Il nous parle ici des auteurs qui l’ont nourri, des critères qui orientent le choix des films projetés et de sa conviction qu’il n’y a nul antagonisme entre la « dissection » rigoureuse d’un film face au public et la magie du cinéma…

Devant le Louxor, 22 septembre 2014

Devant le Louxor, 22 septembre 2014

Lire la suite